Ark : Survival Evolved

Le 2 juin 2015, un jeu intitulé Ark : Survival Evolved est arrivé sur la plate-forme d’accès rapide de Steam, dont le thème se situe dans un monde étrange avec des dinosaures, alors que Jurassic World est arrivé sur grand écran quelques jours plus tard, à un moment idéal pour sa sortie.

Grâce à cette bonne manœuvre au niveau marketing du studio Wildcard, responsable du jeu, Ark est rapidement devenu extrêmement populaire dans Steam malgré de sérieux problèmes de performance au cours de leurs premiers jours de vie que l’équipe de développement était responsable de résoudre la voie rapide au gré de leurs propriétaires.

Maintenant, après plus de deux ans, des centaines de mises à jour et une bonne quantité de contenu supplémentaire qui heureusement n’a pas fait l’essence du jeu se perdre en cours de route (comme cela s’est produit avec d’autres accès prévus comme Rust), Ark : Survival Evolved nous atteint définitivement tant à nos ordinateurs que sur PS4 et Xbox One disposés à nous donner un moment difficile à survivre dans son univers sauvage.

 Lutte avec les dinosaures pour survivre

Après avoir choisi d’entreprendre l’aventure seul ou dans l’un des centaines de serveurs multijoueurs et de définir l’apparence de notre personnage au niveau physique, Ark nous réveillera au bord de la mer pour commencer notre aventure pratiquement nus et sans aucun objet.

Dès lors, notre seul objectif sera de survivre aux dangers qui nous entourent et qui peuvent prendre la forme de la faim, de la soif, d’autres joueurs prêts à mettre fin à nos jours, ou pire, d’un des dinosaures mortels qui habitent ce monde sinueux.

Pour ce faire, comme vous pouvez l’imaginer, nous devrons collecter des ressources de nos propres mains, frapper même des troncs durs avec nos articulations afin de créer notre premier outil et, de là, commencer réellement notre lutte pour la survie.

Au fur et à mesure que nous collecterons des matériaux, fabriquerons des armes, tuerons des dinosaures ou créerons divers objets, nous acquerrons de l’expérience qui nous permettra d’élever le niveau pour améliorer notre survivant. Le premier aspect que nous pourrons améliorer sera certaines des caractéristiques du personnage comme la Santé, l’Energie, le poids qui peut prendre….

La seconde, et peut-être la plus importante, est de choisir les nouveaux engrammes qui nous permettront de construire de nouveaux objets tels qu’un feu de joie, des vêtements, les fondations et les murs d’une nouvelle maison, des champs de récolte et une longue liste de possibilités que l’Arche : Survivre Evolu nous offre à mesure que nous progressons avec notre personnage.

Tyrannosaure

Ce qui nous a plu chez Ark, tant dans son accès initial que dans sa version finale, c’est la grande quantité de contenu disponible et l’évolution que nous pouvons obtenir avec notre personnage qui, pour vous donner une idée, peut passer du port de vêtements rudimentaires en tissu dans une maison de paille pour s’équiper d’une armure antiémeute et même créer une tourelle de lanceur de missiles.

Cette évolution, ainsi que tout le contenu disponible à l’intérieur de l’Arche sous forme de dinosaures, différents « mondes » à explorer comme « Le Centre », « L’Île » ou la Terre Schorchée et toutes les possibilités offertes par le jeu qui nous permet même de dompter nos dinosaures favoris pour les avoir à notre merci rendent ce jeu de survie unique en son genre et que les joueurs ne se lassent pas de terminer but après but pour obtenir, sur plusieurs heures, une récompense supérieure.

Il est à noter que bien que le jeu ait (comme nous l’avons dit au début du texte) un mode pour une personne, le vrai jus de celui-ci est obtenu dans les serveurs multijoueurs où nous pouvons rejoindre de puissantes tribus pour partager nos connaissances, nos matériaux, construire d’imposants bâtiments et forteresses ou former des raids de chasse ou d’exploration pour affronter seuls des dangers insurmontables.
Un délice visuel qui continue d’être techniquement imparfait

Ark : Survival Evolved est un jeu qui a été développé avec Unreal Engine 4 qui donne au jeu un aspect visuel qui ne cesse de nous surprendre dans sa version finale et nous devons souligner la couleur de tous ses éléments, le soin qui sont tous les modèles de dinosaures, objets et plantes que nous allons trouver et, surtout, le grand travail qu’ils ont fait avec les différents effets lumineux.

 

Toutefois, le jeu a quelques bugs qui persistent depuis son arrivée dans Steam il ya deux ans, en particulier avec le comportement inhabituel des dinosaures qui, parfois, sans raison apparente, commencent à attaquer nos maisons ou même passer par différents objets ou murs.

Nous avons également rencontré des problèmes continus lors du chargement de certaines textures, des plantages de cadres et d’autres défauts graphiques communs dans des titres qui ne sont pas complètement polis et qui sont laissés en grande partie à l’autre partie qui impose l’aspect graphique du jeu.

Cependant, Wildcard a travaillé dur pour publier différentes mises à jour depuis la sortie officielle du jeu le 29 août pour corriger certaines de ces erreurs ainsi que pour faire une restructuration sévère des serveurs officiels pour réduire au minimum les problèmes des joueurs, ce qui a été remarqué avec le passage des jours dans le jeu.

Arche sur PS4

Performance décente et interface préhistorique

En plus dans PC le jeu sort aussi dans Xbox One et PS4 et dans Vandal nous avons pu profiter de quelques heures avec la version pour le modèle de base de la console Sony.

La performance, en général, est tout à fait décente, mais avec un taux de cadres avec des hauts et des bas continus qui causent un certain inconfort, surtout quand nous devons entrer en combat. Malgré tout, le jeu a une belle apparence graphique et nous n’avons rencontré aucun problème sérieux et, s’il y en a eu que nous n’avons pas détectés, Wildcard l’a probablement corrigé avec l’une des multiples mises à jour du jeu qui sont également venues sur la console PS4.

Ce qui ne nous a pas convaincus dans la console Sony, c’est l’interface particulière qui a été choisie pour adapter le jeu à la console et qui est vraiment fastidieuse nous faisant prendre plus de temps pour effectuer toutes nos actions et parfois briser le rythme du jeu en montrant, selon toute apparence, peu utile et souffrant d’une amélioration qui devrait venir en urgence.

Conclusions

Ark : Survival Evolved est un jeu amusant dans lequel nous pouvons perdre des centaines d’heures à essayer de survivre, à construire notre abri, à dompter notre dinosaure préféré (ou peut-être le plus redouté) et même à unir nos forces à celles des autres joueurs pour créer une tribu et affronter des dangers que nous ne pourrions surmonter seuls.

En tant que titre de survie, nous nous trouvons face à l’une des propositions les plus attrayantes du marché, surtout pour tous ceux qui aiment les dinosaures et les univers avec des touches de science-fiction qui, de plus, a réussi à survivre bien à un accès anticipé qui a servi à améliorer et ajouter du contenu mais sans perdre toute son essence.

Au contraire, le jeu n’a pas encore été en mesure de résoudre certains bugs d’une certaine importance au niveau graphique dans le PC et, dans la console, malgré une performance décente, a une interface qui doit être améliorée si nous voulons vraiment en profiter pleinement.

Nous avons effectué cette analyse avec un code PC fourni par Reverb Communications et une copie finale de PS4 fournie par Koch Media.

 

Exigences du jeu

Vous voulez savoir si votre PC répond aux exigences pour déplacer ARK : Survival Evolved ? Voici les spécifications techniques du système dont vous avez besoin pour jouer à ARK : Survival Evolved sur PC avec les meilleures performances, graphiques et fps optimisés en fonction du système d’exploitation que vous utilisez, la carte graphique, microprocesseur/cpu, mémoire RAM et autres fonctionnalités de votre ordinateur.

Exigences minimales

  • Système d’exploitation : Windows 7 ou Windows 8
  • Processeur : 2 GHz Dual-Core 64-bit CPU Dual-Core
  • Mémoire : 4 Go de RAM
  • Carte graphique : GPU compatible DirectX11 avec 1 Go de RAM vidéo
  • DirectX : Version 11
  • Disque dur : 20 Go d’espace disponible

Pour Mac

  • Système d’exploitation : OSX 10
  • Processeur : Processeur : 2 GHz Equivalent CPU
  • Mémoire : 4 Go de RAM
  • Carte graphique : GPU compatible OpenGL 3 avec 1 Go de RAM vidéo
  • Disque dur : 20 Go d’espace disponible

Pour Linux

Système d’exploitation : Ubuntu Equivalent Distro
Processeur : 2 GHz CPU 64 bits à 2 GHz
Mémoire : 4Go de RAM
Carte graphique : GPU compatible OpenGL 3 avec 1 Go de RAM vidéo
Disque dur : 20Go d’espace disponible

Sport / par
f }