Le gouvernement abolira l’essence  » super  » 97 octane d’ici la fin de l’année

La mesure sera approuvée dans quelques semaines et concernera les voitures les plus anciennes.
La super essence 97-octane la plus chère et la plus polluante utilisée par les voitures plus anciennes est celle des jours numérotés. Le Gouvernement prépare un décret royal, qui sera approuvé dans les prochaines semaines, pour abolir la vente de ce type de carburant à partir de décembre 2005. L’essence super-plomb a été progressivement supprimée en 2001, mais, pour ne pas créer de chaos dans le parc automobile, elle a été remplacée par de l’essence sans plomb 97-octane avec additifs potassiques. L’an dernier, les ventes de ce type d’essence représentaient 11,7 % du total.

L’abolition de l’essence super 97-octane aura deux effets bénéfiques, selon des sources au courant de la mesure en préparation par le ministère de l’Industrie. D’une part, elle contribuera à réduire la pollution de l’environnement, puisqu’on estime qu’entre 20% et 30% des véhicules en circulation, les plus anciens et consommant précisément l’essence avec plus d’additifs, causent 80% de la pollution due aux voitures.

PUBLICITÉ

inRead inventé par Teads

D’autre part, la mesure permettra de libérer la capacité logistique de la Compañía Logística de Hidrocarburos (CLH) qui sera utilisée pour répondre à la demande d’autres carburants, tels que le diesel, qui a fortement augmenté ces dernières années.

En outre, la suppression de la vente de l’essence 97-octane pourrait contribuer à accélérer le renouvellement du parc automobile, qui compte plus de 19 millions de véhicules, dont 36 % environ ont plus de 10 ans.

Plus cher

L’année dernière, selon le dernier Bulletin statistique sur les hydrocarbures, 7 661 tonnes d’essence ont été consommées en Espagne. De ce total, 897 kilotonnes métriques, soit environ 12 % du total, correspondaient à de l’essence super 97 octane. Le prix de cette essence est, en moyenne, selon les données du ministère de l’Industrie, environ 5% plus cher que l’essence sans plomb de 95 octanes, la plus vendue. L’essence avec la plus forte demande est l’essence sans plomb 95 octane (76,7 % des ventes en 2004), suivie de l’essence 98 octane (11,6 %).

Selon les sources consultées, la disparition des stations-service de l’essence la plus polluante n’entraînera aucun dommage pour les véhicules qui l’utilisent encore. Ils pourront utiliser de l’essence sans plomb et assurer les performances du moteur en ajoutant un additif dont les proportions seront recommandées par les stations-service elles-mêmes. Les stations-service ne subiront pas non plus de conséquences majeures dans leur activité et verront plutôt le travail de distribution et de vente facilité.

Contrairement à ce qui s’est passé en 2001, la décision d’abolir l’essence super sans plomb n’est, à cette occasion, régie par aucune législation communautaire.

Il y a quatre ans, le gouvernement PP a décidé d’abolir la vente de l’essence au plomb à indice d’octane 97, la super traditionnelle, forcée par les directives communautaires, qui ont forcé la disparition de la vente de l’essence au plomb en janvier 2002.

Le gouvernement de l’époque a avancé la mesure de six mois, mais a autorisé la vente d’essence sans plomb à indice d’octane 97 (l’indice d’octane mesure la capacité antidétonante de l’essence) avec additifs au potassium et sans métaux lourds.

Mais quand même, la nouvelle essence 97-octane, appelée la nouvelle super à l’époque, est encore plus polluante et plus chère que les essences sans plomb 95 et 98-octane. D’où la décision de le supprimer.

Réglementation

L’Espagne n’est pas le seul pays à s’être doté, il y a trois ans, d’une réglementation européenne sur les carburants plus propres. La Belgique, la Hollande, le Luxembourg, la France, la Grèce, le Portugal et le Royaume-Uni vendent toujours un carburant similaire à celui qui est actuellement retiré du marché en Espagne.

Obligée de respecter le protocole de Kyoto, qui limite la croissance des émissions de gaz à effet de serre en 2012 à un maximum de 15 % des chiffres enregistrés en 1990, la mesure d’élimination des carburants très polluants concerne un des secteurs dits diffus (transport et résidentiel) qui sont responsables de 60 % de la pollution environnementale et polluent davantage, globalement, que le secteur des entreprises et de l’industrie.

f }